Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Le Sang

 

(Chanson)

 

 

Le sang, le sang de nos martyrs

Déjà trop las de souffrir

Déjà trop las de mourir

Déjà trop las de pourrir

 

Le sang de nos martyrs

Qu'on verse par délire

Qu'on verse sans faiblir

Pour nous enorgueillir.

 

Le sang, le sang des innocents

Qui dansent inconsciemment

Qui dansent tout en chantant

Qui dansent follement

 

Le sang des innocents

Qu'on verse par plaisir

Qu'on verse sans rougir

Pour tous nous endeuillir.

 

Le sang, le sang de nos esclaves

Qui traînent dans la bave

Qui traînent dans la lave

Qui traînent leurs épaves

 

Le sang de nos esclaves

Qu'on verse par fou rire

Qu'on verse sans vomir

Pour mieux nous endormir.

 

Le sang, le sang de nos soldats

Qui marchent pas à pas

Qui marchent sans ébats

Qui marchent vers le trépas

 

Le sang de nos soldats

Qu'on verse par désir

Qu'on verse sans frémir

Pour nous faire obéir.

 

Le sang, le sang de nos vieillards

Qu'on traite de flemmards

Qu'on traite de pillards

Qui meurent de cafard

 

Le sang de nos vieillards

Qu'on verse dans le brouillard

Qu'on verse sans regard

Pour nous rendre plus barbares.

 

Le sang, le sang des condamnés

Qui languissent prisonniers

Qui hurlent bien qu'enchaîner

Qui rêvent de s'évader

 

Le sang des condamnés

Qu'on verse par décret

Qu'on verse sans regret

Pour nous tranquilliser.

 

Le sang, le sang de mes flancs

Que perce ma misère

Que déchirent mes colères

Que je meurtris souvent

 

Le sang de mes flancs

Qui jaillit brusquement

Poussant ses hurlements

Poussant ses larmes de sang.

 

Le sang, votre sang braves gens

N'a plus depuis longtemps

Sa couleur d'autant

II est d'un noir ébène

 

Votre sang braves gens

Et votre cœur en peine

Conserve anxieusement

Sa misérable haine

 

Jusqu'à la fin des temps,

Jusqu'à la fin des temps.

 

 

 

Didier

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires