Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Je Suis

 

(Chanson inspirée sur Charles AZNAVOUR)

 

 

 

II y a toujours du monde chez moi

Je suis pourtant bien seul, parfois, dans ce vacarme

Alors pour fleurir mes pensées

J'écris, pour pouvoir oublier, mes idées noires.

 

Mon corps pourrait rester fixer

Au même endroit toute la journée, mais il veut vivre

Alors je cours un peu partout

A l'occasion je suis un vrai feu d’artifice.

 

Le travail n'est pas mon honneur

Je suis un peu baratineur, un peu chômeur,

Mon vrai métier serait la vie

Aller de pays en pays, et vous voir vivre.

 

Ce rêve, il me faut l'avouer

Sera toujours à mes cotés, comme un suicide

Car ils sont là ces yeux maudits

Qui me font aimer jour et nuit :

Je ne suis qu'un rêveur nostalgique.

 

Il ne se passe pas un soir

Sans que mes amis, mes frères d'âmes,

Ne me rejoignent

C'est une vieille histoire d'amour

Qu'on se répète tour à tour, pour notre gloire.

 

On aime tant se taquiner

Qu'on se balance des vérités, on se chamaille

Mais on le fait avec humour

En se renvoyant des discours, brillant de style.

 

Le rire est notre seul empereur

Notre pouvoir, notre bonheur, on le fait vivre

Moi, j'aime tant vous raconter

Les choses que je voie exister, tristes miroirs.

 

Car ces histoires en vérité

Sont souvent des mensonges grossiers, auxquels j'aspire

Et lorsque parfois elles sont vraies

Je les transforme sans arrêt :

Je ne suis qu'un mytho-hystérique.

 

Lorsque le délire est passé

Lorsque vient l'heure de nous quitter, de s'endormir

Je rentre comme dans un tombeau

Dans ce qui était mon berceau, et je frissonne.

 

Lorsque j'ai froid, je ne dors pas

Je pense à ces filles d'autrefois qui m'idolèrent

A cette reine d'hier

Pour laquelle j'ai détruit l'enfer, de mes entrailles.

 

Pour la revoir encore bouger

Je fais des songes ensoleillés qui me réchauffent

Alors, mon corps fatigué

Peut enfin se laissé aller, à sa débauche.

 

Mon futur est un étranger

Mon passé est un prisonnier, mais il est clair

Que si je pouvais tout refaire

Ma vie serait toujours la même :

Je ne suis qu'un sadique masochiste.

 

 

 

Didier

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires