Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Ma Partenaire

En hommage aux partenaires de toutes mes passions danses, Je leur suis, amoureusement, reconnaissant de tous ces moments passés ensembles, du Rock à la salsa, de la bachata au West coast Swing, en passant par le Tango Argentin et, aujourd'hui, le Zouk Brésilien...

 

Par chronologie de rencontres, je voudrais remercier, Helen, Camille, Valina, Ingrid, Delphine, Lucile, Cam, Sabrina, Meg-Anne, Cindy, Célia, Natasha, Laurie, Anne-Laure, Laura, Clara, Néroli, Aurélie, Laure, Carine, Malika... Et toutes celles qui suivront... Car ce qu'il y a de merveilleux dans la " Vie Danse ", c'est que toutes comptent, toutes sont uniques, mais toutes se succèdent et se remplacent et c'est de leur union imaginaire que naît une seule et unique entité, " Ma Partenaire "...

L'une d'entre elles, pourtant, Delphine Gaspar, à travers le poème « SnoopyDelph » que je lui avais dédié est à l'origine de cet écrit et me l'a, en son temps, largement inspiré...

 

Pour celles que je viens de citer, sachez que ce texte vous est entièrement consacré...

 

 

 

 

 

Mon amie, que de rayons de soleil, pour une si belle journée

Mon unique, ma reine, ma chance, ma Partenaire de beauté

Sens-tu, au-delà du prunus, le parfum enchanteur du daphné

Vois-tu, le forsythia qui bourgeonne et l’herbe haute de rosée.

 

La brise rapide et fraiche qui fuse et navigue, entre les allées

Volez, petites feuilles de fin d’hiver, vous voilà enfin libérées

Vous me rappelez, ma Partenaire, virevoltant dans les nuées

Riant dessus le vent, dansant, ses longs bras toujours gainés.

 

Là-haut, les bouleaux claquent leurs longues et fines branches

Ils acclament, ma Partenaire, en mimant ses vagues de hanches

Tes arabesques les ensorcellent, les font vaciller jusque terre

Ils clament leur prêtresse et toutes les fleurs des bois t'espèrent.

 

Douce nature, si généreuse, pleine de grâce, qui t’a comblée

Moi, je ne suis que l’imposteur qui eut la chance de te trouver 

L'homme mûr qui parle tant, pour que l'on puisse comprendre

Le libre enfant qui sommeille et qui s'amuse à te surprendre.

 

Passe le temps à dire et puis à rire, passe le temps, je danse

Dans ces bals enchantés, tu m’emportes, par ta seule présence

Les doigts se crochent et se fendent de sublimes réciprocités

Les corps dansent, sur les pas qui se mèlent, d'absolues voluptés.

 

Somptueux mélanges d'émotions, souffle le voile de nos passions

Dans une folle farandole, tourne, tourne encore, à la déraison

Tombe la pluie sur mon crâne, goutte la sueur sur mon visage

Je danse, ma Partenaire, je danse, à l'extase, jusqu'à plus d'âge.

 

Blonde, brune ou rousse, tes métamorphoses aux ciels levants 

Ne sont que les parures d'une muse qui mue, au fil des ans

Mes bras enlacent pour te faire sirène, aux saveurs ondulées

Et je deviens, enfin, ce beau grand danseur, jadis, tant espéré.

 

Qui se rêvait héros de famille, star dansante de la maisonnée

Vieil homme, à ses petits-enfants, racontant sa gloire passée

Chacun de mes exploits aurait porté ton ineffaçable empreinte

Toutes mes histoires auraient conté nos fusions danses saintes...

 

 

                                                ---------------

 

Mon amie, que de clairs de lune, pour une si triste journée

Mon unique, ma reine, ma chance, ma Partenaire du passé

Je ne sens plus, au-delà du prunus, le doux parfum du daphné

Je ne vois plus le forsythia, plus d'herbes hautes, plus de rosée.

 

Qu'est devenu l'ingénu aimant la danse comme une dulcinée

Le maraudeur imparfait, découvreur de perles, aux fins reflets

Les jours ne reviennent jamais, mais les souvenirs s’amoncellent,

Sur une Bachata sensuelle, un Tango de Gardel, je me rappelle...

 

Immaculé de ta beauté, j'ai pu apprendre à me regarder

Imprègné de ton corps, je me suis, éternellement, enlacé

Tu as tatoué mon âme, pour que plus rien ne puisse t'effacer

Et je t'ai laissé de mon coeur, pour que tu sois, à jamais, aimée.

 

Les toits des maisons autours comme des chapeaux sur ciels

Se dressent et se lèvent pour applaudir ton arrivée sur scène

Que tu es belle ma partenaire, nulle danseuse n’a ton pareil

Tu es si belle... Comme un ange, un songe... Mon lait, mon miel...

 

 

  

Didier

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires