Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Ma Chérie Amour

 

 

Si longtemps que tournent les aiguilles du temps, si longtemps

Tu veilles mes jours et mes nuits longuement, amoureusement

Si longtemps que tu me regardes, me dévisages, si longtemps

Ma chérie amour, je suis l'esclave d'une reine, inlassablement.

 

Je te vois, chaque jour, comme la petite fille de vingt-quatre ans

Au hasard d'un voyage, vers les hautes montagnes du levant

Cette blonde aux yeux clairs, les cheveux ondoyants sous le vent

Si belle, si fragile, frêle silhouette perdue devant tous ces gens.

 

Toi et Moi, Yin et Yang opposés, si différents, si discordants

Je te revois chenille sortant du cocon, se métamorphosant

Sublime chrysalide qui s'exhale et m'emporte, en s’envolant

Deux immortels papillons par-dessus les prés, batifolants.

 

J’appris à aimer tous nos instants, pour que jamais ne cessent

Pour que ton baume apaise mes longues et infinies détresses

Pour que le jeune adulte sevré de souffrances et de peines

Soit l’homme d'une vie, de nos trois enfants, et de ton hymen.

 

Toi, le rêve de mon adolescence, l'ultime fin de mes errances

L'arbre au cœur de la forêt portant les fruits de ma descendance

L'oracle de mes cheveux blancs qui dit : "Chéri, tu es beau, danse"

Le bâton de ma vieillesse, qui soulage le corps devenu rance.

 

Ta présence me berce, à longueur de ce temps qui s’évade

Mes souvenirs s’emmêlent, dans les arabesques de tes masques

Oubliant les entraves, ma plus grande gloire, est ce durant amour

Je te suis consacré, quoique tu fasses, je pardonnerai toujours.

 

Chacunes de tes rides rappellent à ton amant combien il t’aime

Quand la peau vieillit, le cœur nourrit toujours les mêmes flammes

Je suis de ces hommes qui savent que si la matière est périssable

La beauté ne se dévoile que lorsque le sablier se vide de son sable.

 

Si longtemps que tournent les aiguilles du temps, si longtemps

Jours comme nuits bénis défilent, et je te protége patiemment

Si longtemps que je te regarde et t’accompagne, si longtemps

Ma chérie amour, ce temps qui passe sublime ton âme d'enfant.

 

 

 

Ton Chéri

 

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • ho (dimanche, 03. janvier 2016 19:38)

    Sacre Didier tout ça pour lui dire que tu l aimes t as pas changé beau parleur ah ah de vignou

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires