Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Hacène

 

 

Hier, Je suis venu te voir mon ami, le sans-abri de la rue Crozatier

Je t'ai regardé, dans cette unité de soins intensifs qui t’as hébergé

Je t'ai vu sur ce lit allongé, dans cette nouvelle et pâle demeure

Te voyant, je sais que se comptent les jours avant que tu ne meures

 

Marchant vers l'école de danse, tes silences martèlent le froid hiver

Quand autrefois, ta voix puissante me guidait autour de primevères

Sur cette route florissante, je me rêvais danseur, étoile naissante,

Tes chants battaient la cadence, je batifolais sur tes mélodies lentes

 

J'entends encore: "Didier, c'est toi, mon ami ?" Quel enthousiasme

Pour ces quelques sous qui servaient à racheter et sauver mon âme

Pour ce kebab ou ces chaussures que te gardait Yannick, le danseur

Hacène, qu’es-tu devenu ? Tu es si jaune, maigre, plein de liqueurs

 

Tu étais inconscient alors j'ai parlé à ta sœur, si triste, si coupable

Regrettant de n'avoir pu te protéger, t'éviter ce destin implacable

Mais j'ai vu tes yeux sur ce passeport, ce terrible et noir regard,

Cette vie ne te réservait que le pire, il n'y a jamais eu de hasard

 

Ton regard était si sombre, annonciateur de tes futurs malheurs

Si cette vie règle ton tribut, puisses-tu renaitre dans le bonheur

Tu étais jeune sur la photo, beau, grand, fort, pas encore alcoolique

C'était écrit dans tes yeux, ta vie, ta chute, ta fin, ta dette karmique

 

Il est temps de prier, Hacène, puisses-tu être à présent épargné

Puisses-tu, là où tu iras, où tu seras, avoir gratitudes, joies, félicités

Si tu te souviens de moi, défends moi, ne me laisse pas mal aimer

Dis-leur que j'ai suffisamment enduré, qu'il est temps de m'aider

 

Sur la route de l'au-delà, un jour viendra, je serai moi aussi, là-bas

Dans les cieux, au son de ta voix, je danserai pour toi, eux et moi

Je ne t'oublierai pas, le sans-abri rythmant mes pas, rue Crozatier

Dans cette rue, rythme maintenant mes larmes car elles vont couler.

 

 

 

Didier

 

 

Hacène BOUSSADIA est décédé le 26 Février, 3 jours après ma visite dans le service de soins intensif d’hépato-gastro-entérologie de la Pitié-Salpêtrière. Pendant le temps de son hospitalisation, il ne sera jamais resté seul et a reçu la visite de nombreux passants et voisins de la rue Crozatier. Il a été rapatrié et inhumé dans son pays en Algérie le Jeudi 05/03/2015 grâce à l’aide des commerçants du marché d’Aligre. Il est mort un 26, la valeur numérique du nom de Dieu, je gage que cela lui portera chance et qu’il sera à présent en paix.

Adieu Hacène, RIP.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires