Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

Euréka

 

 

« … Quand on est con, on est con 
Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père 
Quand on est con, on est con ! 
Entre vous, plus de controverses 
Cons caducs ou cons débutants 
Petits cons d´la dernière averse 
Vieux cons des neiges d’antan… »

 

Quand on est con, on est con !

Ah ce cher Brassens à la poésie souvent provocatrice mais pleine de bon sens paysan. Quand on est con, on est con, voilà c’est dit… Et ça a le mérite d’être clair !

Parce qu’on sait tous immédiatement ce qu’est un Con, quelqu’un qui ne comprends rien à rien ou alors quelqu’un dont les actes sont absurdes et stupides. Et le contraire ?

Si Brassens avait dit : Quand on est intelligent, on est intelligent… Serait-ce toujours aussi clair ? Je n’en suis pas si sur car, à vrai dire, çà signifie quoi d’être intelligent ? La réponse n’est pas facile, elle est plûtot abstraite et la représentation de la personne intelligente est assez complexe.

 

Si on lit les définitions des dictionnaires, on peut voir que

"l’Intelligence est la capacité de comprendre les choses et les faits en discernant leurs relations" , "c’est l’aptitude à lier les différents éléments entre eux" et "c’est la capacité à traiter les informations dans un objectif bien précis…".

Pour résumer les Dicos, "l’Intelligence est la capacité à comprendre et résoudre un problème en traitant au préalable l’ensemble des informations qui lui sont données…"

Et si je prenais maintenant la définition populaire du « Con » vue un peu plus haut, mais en l’inversant ? J’en conclu que « l’Intelligent » c’est quelqu’un qui comprends tout à tout ou quelqu’un dont les actes sont toujours cohérents et adaptés…

Bon, finalement, trop de définitions tuent la définition, on va finir par s'y perdre, et au risque de vous faire sourire, je vais essayer maintenant, dans les lignes qui suivent, de mieux comprendre tout ce que je viens d’écrire !

 

Pour mieux qualifier l’Intelligence, je vais mettre en exergue plusieurs mots des phrases précédentes qui me semblent capables de la contenir et de la définir : « Problème, Informations, Traiter, Comprendre, Résoudre ».

Arrêtons-nous maintenant sur le premier mot « Problème » car il est l’origine de tout. Il représente, par élargissement, une question et inclu dans sa définition la notion de difficulté.

Prenons maintenant, les autres mots « Informations, Traiter, Comprendre » pour ne garder à la fin que « Résoudre », ils signifient que le « Problème » va être décortiqué à travers tous ses aspects, de sorte que, la difficulté initiale finisse par ne plus être et le « Problème » devenant intelligible trouve enfin une réponse…

C’est cela, à mon sens, la première caractéristique de l’Intelligence : Trouver une réponse à un problème donné… C’est l’essence même de l’Intelligence !

 

Mais pour aller plus loin, lorsque le problème se répète ?

Sa réponse, dorénavant connue, ne pose plus aucune difficulté… Est-ce donc toujours de l’Intelligence que d’y répondre ?

On aborde avec cette question, la deuxième caractéristique de l’Intelligence qui me semble à l’évidence être la

« Connaissance ». Elle fait pour moi partie intégrante de l’Intelligence, c'est une sorte de banque de données des

« Problèmes » déjà traités et dont les réponses sont dorénavant connues car résoudre un Problème, c’est comme créer une jurisprudence, de telle façon que la question n’ait plus besoin à l’avenir d’être posée.

 

La troisième caractéristique de l’Intelligence est la conséquence logique de la deuxième, on pourrait la résumer par le mot

« Apprentissage » car pour qu’un « Problème » devienne

« Connaissance », il est forcément passé par un processus

d’« Apprentissages » mettant en place des cognitions.

Je reviendrai dans quelques lignes sur cette notion d’apprentissage qualifiant l’Intelligence car pour compléter ma définition de l'Intelligence en utilisant la méthode des mots mis en exergue, il me semble adéquat d’ajouter ces deux mots « Connaissance et Apprentissage » aux précédents « Problème, Traiter, Informations, Comprendre, Résoudre ». Et voilà, après avoir essayé de qualifier l’Intelligence, il reste maintenant à essayer de la quantifier et de la catégoriser.

 

Comment peut-on dire de quelqu’un qu’il est plus ou moins intelligent ? Ou dire que son intelligence est à la fois rationnelle et imaginative, ou tout un tas d’autres distinctions ?

Une chose est sure, L’intelligence n’est pas uniforme, elle est multiple et il serait plus juste de parler de ses différentes formes comme cela a été décrit par des psychologues pionniers dans le domaine avec Howard GARDNER ou Daniel GOLEMAN. 

Je reviendrai et je m’aiderai de leurs travaux, un peu plus loin dans cet article, pour distinguer les différentes formes d’intelligences, mais avant cela, je voudrai poursuivre avec la quantification de l’Intelligence.

 

Pourquoi quelqu’un est plus ou moins intelligent ?

Pour répondre à cette question, je pense qu’il faut bien comprendre le rôle des mots « Traiter et Informations » que j’ai utilisé précédemment pour qualifier l’Intelligence. Ils sont, à mon sens, fondamentaux pour quantifier l’Intelligence et sont, qualitativement, très différents d’un individu à l’autre.

Tous les hommes ou animaux sont capables de créer ou reproduire des opérations mentales permettant de répondre à un problème précis, que ce soit dans leurs besoins vitaux (survie, reproduction, faim, soif, contacts sociaux…), dans la gestion de leurs émotions (colère, peur, joie…) dont l’objectif est, je le rapelle, de permettre une réaction face à une quelconque alerte, ou bien dans leurs capacités d’adaptation à un changement d’environnement.

Ces opérations mentales permettent la mise en place de cognitions qui sont des Apprentissages issus de l’adaptation de l'organisme afin de satisfaire aux variations émotionnelles et aux nécessités de leurs besoins vitaux. Nous sommes tous par conséquent, hommes et animaux, dotés d’Intelligence.

Ce qui va différer, c’est que certains le seront plus que d’autres, c’est-à-dire qu’ils vont pouvoir résoudre un problème ou piocher dans leur base de données mémorisées, beaucoup plus facilement, beaucoup plus rapidement et aussi plus durablement.

Avec de surcroit un taux d’échecs dans la résolution des

« Problèmes » qui sera beaucoup plus faible.

Pourquoi de telles differences ? 

Eh bien, probablement, parce qu’ils sont capables de mobiliser certaines parties de leur cerveau plus intensément, ce qui conduit à renforcer les formes d’intelligences qui y sont liées.

Pour d’autres, c’est la globalité du cerveau qui sera hyperactivé ou pour être plus précis, la combinaison des deux cerveaux, gauche et droit, dont on sait aujourd’hui que les fonctions sont très différentes. Ces utilisations differentes des cerveaux donnent accès à de multiples intelligences. Avec également la possibilité supplémentaire de booster le fonctionnement des differents cerveaux par la qualité du traitement de l’information qui y sera faite. Car certaines personnes ont la capacité de saisir et de traiter un très grand nombre d’« Informations ». Ils ont des capteurs beaucoup plus sensibles et sont beaucoup plus réceptifs aux stimulis émotionnels comme aux informations provenant de leurs cinq sens. On peut expliquer leur plus grande Intelligence par cette capacité à traiter un maximum d’informations toujours plus rapidement, par l’hyperactivité d’une zone cérébrale ou par l’utilisation plus complète et concomitante des deux cerveaux.

 

Pour poursuivre dans la quantification de l’Intelligence, que faut-il penser de la « Créativité » et de la « Mémoire » ?

La « Créativité » me semble surtout representer une quantification de l’Intelligence car elle est la conséquence d’une multitude de problèmes ou questions auto-créés et solutionnés. Elle n’est certes qu’une conséquence mais issue et determinant ainsi une GRANDE Intelligence.

La « Mémoire » est le moyen de conserver la Connaissance et de la rendre disponible, elle gère également le stockage et la restitution des Informations à Traiter. Elle participe avec les cognitions à l’acquisition des « Apprentissages » et permet leur transformation en « Connaissance ». Tout comme les cognitions, la Mémoire me semble être surtout un merveilleux outil de l’Intelligence.

 

Après avoir essayé de qualifier et quantifier l’Intelligence, il reste maintenant à en distinguer les différentes formes car si nous sommes tous intelligents, nous n’avons pas tous développé les mêmes Intelligences !

Je vais reprendre pour cela des travaux que l’on trouve dans la littérature et plus particulièrement utiliser la catégorisation de l’Intelligence par Howard GARDNER. Il distingue huit formes d’intelligences, ou plutôt, neuf mais la dernière suscite quelques controverses.

  1. Avec en premier l’Intelligence logico-mathématique, c’est la science des chiffres, de l’analyse et du raisonnement avec des réflexions en étapes (pensez au film « Sherlock HOLMES »). C’est le pourquoi des choses. Elle permet de calculer, de quantifier, de résoudre des problèmes mathématiques. C’est la pensée déductive par excellence dont le QI est le digne représentant. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes logiques.

 

  1. L’Intelligence Spatiale permet de penser en trois dimensions. C’est une représentation spatiale du monde avec une visualisation de points de repères. Elle permet de raisonner à travers des images mentales en visualisant des actions. c’est le sens de l’orientation, l’intelligence des grands pilotes ou des navigateurs. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes à travers une perception de l’espace Visio-spatial.

 

  1. L’Intelligence sociale ou relationnelle. Elle permet de réagir avec les autres de façon correcte et adaptée. C’est la perception des humeurs, intentions, motivations et émotions des autres. C’est la sensibilité aux messages gestuels, la pédagogie, l’écoute active. C’est comprendre les préoccupations des autres. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes en relation avec les autres.

 

  1. L’Intelligence kinesthésique ou corporelle. C’est utiliser son corps pour communiquer, vivre ses émotions avec son corps. C’est réussir des mouvements très précis et manipuler des objets délicats. On la retrouve chez les personnes tactiles, les bricoleurs, les athlètes, les danseurs. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes par expression ou utilisation du corps.

 

  1. L’Intelligence verbale ou linguistique. C’est l’aptitude à penser avec des mots et la capacité  à saisir ou exprimer des idées complexes. C’est la science des mots, des jeux de mots, l’apanage de ceux qui parlent ou écrivent facilement. C’est l’intelligence permettant la reconnaissance des sons. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes par la verbalisation, l’utilisation des mots.

 

  1. L’Intelligence intra-personnelle ou de la conscience de soi. C’est la capacité à bien se connaitre, à comprendre ses émotions, à évoluer et apprendre. C’est l’intuition, l’autocritique, l’autodiscipline, l’estime de soi et la sagesse. C'est un peu également ce qu'on qualifie d'Intelligence émotionnelle. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes sur soi.

 

  1. L’Intelligence musicale ou rythmique. C’est être capable de penser en rythmes, de les discerner. C’est la perception des sons, des timbres sonores. C’est la capacité de transformer ses émotions en musiques, en chantant, en dansant ou en jouant d’un instrument. Je résumerai par… L’Intelligence qui permet la résolution de problèmes par l'utilisation de la musique.

 

  1. L’Intelligence naturaliste et écologique. C’est l’aptitude à classer les objets et les différencier en catégories. C’est la sensibilité à ce qui est vivant ou à l’environnement. Je résumerai par… C’est l’Intelligence de DARWIN !

 

  1. L’Intelligence existentielle. C’est la capacité à se questionner sur le sens et l’origine des choses. C’est penser nos origines et nos destinées et y adapter sa vie. Le domaine du spirituel et du religieux. Le concepteur de cette classification résumerai par… Est-ce vraiment une forme d’Intelligence ? Alors je me permettrai de lui répondre que j'en suis convaincu ! J'irai même plus loin, en disant que la faculté de penser est pour moi la vraie définition de l'Intelligence et que la capacité à élaborer des pensées de plus en plus complexes et sophistiquées est la quantification de l'Intelligence. Je suis convaincu que les corps de matière (Hommes, animaux, végétaux...) sont des supports adaptés aux differentes Intelligences et que dans d'autres mondes, il doit probablement exister des corps de matière plus adaptés comme support de plus grandes Intelligences mais toujours caractérisées par la faculté de penser. 

 

Revenons à notre catégorisation de l'Intelligence et aux concepts de nos Psychologues, volontairement, je n’aborderai pas dans cet article l’Intelligence émotionnelle qu’ont développées de nombreux psychologues car beaucoup pensent qu'elle n'est pas une forme d'Intelligence particulière mais plutôt une subtile combinaison des précédentes. C'est également mon avis.

J'espère ne pas avoir dénaturé les travaux de ces grands psychologues et si c’était le cas je m’en excuse à l’avance.

 

 

Et les Surdoués dans tout ça ?

Ce sera le sujet de mon prochain article et vous verrez que contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas des gens à l'Intelligence logico-mathématique forcément surdimenssionné comme on pourrait l'imaginer. Ce sujet me tient particulièrement à cœur car la plupart des surdoués, comme l’a si bien décrit la psychologue Jeanne SIAUD-FACCHIN, sont loin d’être avantagés par leur « don », ils portent ce cadeau comme une plaie ou le trainent comme un fardeau et en souffrent la plupart du temps terriblement. Je dois avouer du reste que c’est pour parler de ce mal-être des surdoués que j’ai au préalable cherché à écrire cet article sur l'Intelligence.

L’idée m’est venue pendant que je dansais avec une copine.

Or pour comprendre la problèmatique des surdoués, il est important que l’on s’accorde sur la définition de l’Intelligence... Mais ce sera pour un prochain article que j'intitulerai, « La cavale du zèbre ».

 

Ah oui, pour conclure, je suis danseur et je ne peux m’empêcher de faire le coq en vous faisant remarquer que la danse est directement impliquée dans les Intelligences Kinesthésique, Spatiale, Musicale

et indirectement dans les Intelligences Sociale et Intra-personnelle... Cinq sur neuf ! 

Alors, amis danseurs, et tous les autres, je n’ai que deux mots à dire…

Euréka… Dansez !

 

 

Didier

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires