Âme de Danse
Âme de Danse

ACTUALITES

 

Nouvelles actualités:

 

Dans Textes d'aujourd'hui:

-Mon Bro

-Next...

-Bel Anniversaire

 

Dans Réflexions:

-Réflexion sur la Bachata

-Le Temps qui Passe

-Mes Maîtres de Danse

 

Dans Coups de Coeur: 

-Un Endroit Juste... 

-Rencontre Dansante

-Ecrits de Danse

 

 

Textes en réflexion:

 

-Les Jugements

-Quand les femmes domineront le monde

-Shalom Ha Salam

-Le bal des Anges

-Au nom de la performance

-Mon enfance

 

 

La Déportée

 

 

Ils m’ont chopée, pourquoi ces airs désolés? Pourquoi ces larmes sur vos joues?

Saloperies ! Vous qui m’avez vendu à l’ennemi, n’osez pas être triste, si un jour je reviens ce sera pour vous arracher vos yeux hypocrites !

 

Dans ce putain de fourgon… J’ai pour seul compagnie des allemands en blouse blanche…

Ces chiens m’observent en détail, je ferai de leurs yeux un collier soyez en sûr.

Où m’emmènent-ils ?

 

J’hurlais aux Bochs : « Les murs ne manquent pas dans mon quartier… Décorez celui-là de ma cervelle, ma mère pourra regarder ! » L’un d’entre eux baisse les yeux et écrit un truc sur son carnet.

Mes larmes coulent, ma bouche vocifère, mes poignées lacérés me font mal.

«  Ah ! Vous vous croyez malins ? Des semaines que j’ai vu les micros dans ma chambre ! »

Et l’autre crétin qui recommence à écrire, leurs yeux sont toujours fixés sur moi, de leur gueules rien ne sort, pas un ne m’adresse la parole.

 

Et voilà qu’on arrive dans le camp… «  Le monde saura ! La France me vengera ! ».

Les gens me regardent le sourire aux lèvres, alors que je descends de la voiture,  j’entends certain d’entre eux parler Français. Des croix rouges sont affichées partout, les croix de l’ennemi.

D’autres gars en uniforme blanc arrivent, ils me poussent au cœur d’un bâtiment, trois mecs viennent m’interroger, je hurle encore : « J’vous dirais rien, j’vous dirais que dalle ! »

 

Au bout de quelques minutes, les binoclards abandonnent.

L’un d’eux s’approche pour m’injecter un sérum, une méthode dont ces monstres ont fait  une habitude sur leurs prisonniers.

« Nan, ce truc ne me fera pas parler plus ! » Et je hurle de rire, victorieuse.

 

Leur drogue circule maintenant dans mes veines, j’ai toujours pas envie de parler, je le savais !

En quelques secondes mes paupières se ferment, ma conscience s’évapore.

Quand je les rouvre enfin, il n’y a plus personne, Juste moi dans un lit, une petite fenêtre condamnée par trois barreaux, et une table.

 

Je me lève péniblement, mes jambes tremblent, ma vision est trouble.

Je distingue une feuille plaquée au mur, elle est criblée d’écritures, sur le haut, en gras, je vois écrit : « Chloé M…, admission : 13 décembre 2010, section Seguin…

Tercian 25mg 3 fois par jour. »

 

 

Yohann

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires